samedi 8 septembre 2007

Metal haineux

Le metal c'est de la merde.

Je vois déjà mes proches qui s'appretent à me lancer des cailloux tels les petits palestiniens fourbes qu'ils sont. Car ouais, ça va faire quelques mois, que je, incorruptible "classic rock", me perd dans cet univers fait de gros crades avec des longs cheveux et des goatees.

Et ça me fait chier. Royalement.

Ce genre ne me plait pas. Pas ses codes. La guitare crasseuse, le gars qui crie (ou grawl ou whateverthefuckyouwannacallit), cette impression de bourrinitude permanente. Les noms de sous-genre tous nazes "deathmetal", "hardcore"... (What the fuck ?), les noms de groupes nanards (Pig Destroyer, Swallow the sun, Darkane), les looks caca (rien que les cheveux longs), le signe des cornes aux concerts...

Bref, le tout respire l'adolescent plus mal dans sa peau qu'un scarifié.

Et pourtant, je n'arrive pas à me désobseder de Meshuggah, Dillinger Escape Plan ou Isis.

J'ai toujours reconnu la qualité technique dans la composition ou le jeu. Mais tous ces codes rendent le passage difficile. Il y'a 8mois, je ne supportais vraiment pas le truc en peinture, et puis à force, en écoutant pas mal de Progressive Rock à tendances métalleuses (Porcupine Tree en tête, mais aussi Dredg ou Oceansize) j'ai commencé à dériver... Est venu Tool, puis Isis, puis après le bordel. Oh, j'écoute encore des artistes de vieux rock (rien que ce matin, les beatles et leur Magical Mistery Tour m'ont réveillé) et j'ai des résistances encore fortes envers certains groupes ou genres. Mais, je suis obligé de reconnaitre l'intérêt musical poussé et la classe de la composition de ces groupes. Et le fait que ça marche à fond sur moi, ok.

En fait, au premier abord, l'impression de violence est trop forte pour quelqu'un d'habitué à quelquechose de relativement peace dans la forme. Dynamique oui, mais très rarement "violent". Et un défaut fut, pour me faire découvrir le style, de commencer par des trucs souvent brutaux.

On s'habitue à ces petits riffs bourrins (mais néanmoins plus subtils qu'ils n'y paraissent) et on y prend goût. Et au final, la chôse ne dérange plus à l'écoute.

Mais quand j'y repense, si. Un peu comme le hip-hop.
Dire "yo hin, ouais" au début d'une chanson, c'est naze et pourtant ça passe chez moi.

C'etait plus pour les autres qui ricanent de moi là, je les vois d'ici. "Hihi, avant tu disais que c'etait de la merde, mais maintenant tu en écoutes".

Je réitère, les codes du truc m'énervent, respirent le bourrin idiot et l'ado de base. Globalement, c'est de la merde.

Mais j'accroche. Aussi bien le gars primaire en moi qui gueule en arrivant dans sa rue parcequ'il est content d'être en week-end que celui qui se tripote la moustache en ayant l'air intelligent.


God, I hate you guys.

6 commentaires:

Hororo a dit…

Bravo, t'as compris, le metal c'est stupide, c'est adolescent et c'est bourré de cliché masculin primaire. Ca c'est un putain de fait. Mais passé cet aspect que l'on peut trouver ridicule ou honorable, ou se prendre au jeu comme certain bas du front le font avec joie, on découvre des musiciens avec des choses a dire. Mais c'est clair que la plupart des groupes sont bourrés de clichés et ne mérite pas l'attention de quelqu'un qui veut une musique original et réfléchir. Le Metal est un genre de musique qui s'adresse a un coté primaire, joyeux et enervé a la fois de la personalité. Et puis ensuite il y a les codes musicaux, ce qui fait le genre et les outils que les musiciens usent et qui peuvent servir dans d'autres domaines. D'ou les groupes progressif qui usent de grosses guitares ou les subtilités des genres ou l'on retrouve des traces de metal au millieu d'autres infuences. Bon, pas très structuré tout ça, mais c'est clair non ?

zarma a dit…

Ouais.

Bravo à toi ^^.

Pierre-Alain a dit…

Le Metal est d'abord pour moi l'amour de sonorités lourdes, aggressive et rythmée qui disent à tes oreilles et ton cerveau "hey hey, il se passe quelque chose là". Comme l'amateur de musique classique qui réagira au son pur d'un piano à queue ou d'un violencelle.
Apres cet aspect brutal est souvent couplée à l'attitude primaire dont parle Hororo))) mais d'autre préfère utiliser ces sonorités dans des buts plus progressifs et expérimentaux.
Pantera vs. Cynic, Napalm Death vs. Tool, Isis vs. Ministry. Le Metal pour moi c'est l'amour de cette sonorité, qu'on peut exploiter de façon "punk" (primaire, revendicative), de façon extrême (repousser certaines limites en vitesse, en technicité/rythmique), ou de n'importe quelle façon chelou (doom, drone, etc...). Voilà mon point de vue, qui diffère quelque peu, le Metal ce n'est pas que les codes qu'on voit chez les jeunes habillés de noirs.

Derox a dit…

pour un blog sur la haine ordinaire, je trouve que ton post respire un peu l'amour finalement.

tu t'es adouci mon bon.

zarma a dit…

Bah un peu, oui. Mais je suis un méchant au coeur tendre.

Comme dans Ken le Survivant.

Gabalgabow a dit…

Il y a quand même plus efficace que les cliches de surface pour essayer de denigrer un style musical...

Flowers Online
Web Counter