lundi 30 juillet 2007

Don't try suicide, nobody's worth it.

(Je sais, y'a pas haine dans le titre, mais y'a dans les propos, alors lachez les chaussettes, 'nifleur de glands, c'est mon blog, je fais ce que je veux, et c'est une référence à Queen en plus)

Y'a
quand même des trucs, des fois, dans la vie, qui pètent les couilles.

Mais bien, hein, pas genre le coup contre un coin de porte ou le train qui taille, non, là c'est du pétage de couille en rondeur, elles sont dans le piano pendant qu'on te martèle Ride Of The Walkyrie. (Gouter)

Du coup, t'es mal. Vraiment mal, tu cherches de l'aide, une main tendue, un secours quelconque.

Tu t'aimes plus, t'as honte de sortir, plus faim plus soif, tu, donc, déprimes !

Bravo robert.

Beaucoup de personnes sont réellement dépressives, cliniquement, et nécessite une assistance médicale ; médicamenteuse et psychologique quoi. Le problème les a tellement attends qui faut aider, mais on s'étalera pas la dessus.

Et d'autres, nous font le remake du malade imaginaire.

Pas bien dans leur peau ? Sur.
Mal aimé, pas écouté? Check.
Vraiment dépressif ? Nan, juste ado.

Ces petits blaireaux aiment répandre leur malheur, ouin ouin personne m'aime, si personne vient m'aimer, je vais me suicider. On a eu le cas, personnellement dans notre vraie vie à nous, d'une personne qui a joué sur notre pitié et notre gentillesse pour s'approprier notre attention.

Il demandait de l'aide, et quand on l'aidait, il en voulait pas. Donc du coup, on hésite entre le laisser seul, ou lui botter le cul. Cet exemple montre donc que des gens abusent de la gentillesse des autres en se faisant plaindre, ils recherchent la pitié.

Mais ce que je me disais du coup, c'est que rechercher la pitié, c'est pas glorieux. Tu demandes de l'irrespect, c'est quand même balèze, un peu comme le bouffon du roi, ou les animateurs télés.

Si un psy passait par là, il blâmerait ma moquerie et dirait qu'en fait, ce sont des jeunes en manque de repère.

Alors je veux bien, mais je pose une question :

A partir de quel moment on différencie le jeune sans repère du pauvre connard ?

Moi je fais simple, quand il a dépassé 17 ans, c'est plus un putain de jeune sans repère, juste un putain de jeune qui se complaît dans son rôle de victime.

Qui aime se faire plaindre, chouchouter, parents pas câlins, hein ? Dommage pour toi Chimpfucker, t'es sur Internet, ici ça tape dur, on a pas la barrière de bienséance qu'on se matérialise dans la vraie vie.
Un forum ou un chat, c'est coriace, les débats deviennent vite des joutes verbales pleines de fourberies, de provoc, d'attaques. Faut pas se laisser faire, y'aller d'son laïus, être sans pitié.

Alors du coup, le petit bonhomme sans grande argumentation, qui aime "Comme ça, chais pas j'aime bien", qu'a pas d'avis particulier, sur rien, même pas sa mère, il est délaissé.

Il cherche la reconnaissance dans la pitié, se cherche des gentils pour son numéro de pleureur, un public pour sa scène du suicide manqué. Car, un suicidé, ça a une super étiquette.

C'est marrant ce changement d'épaule, avant on foutait les suicidés loin de l'église, et maintenant, la plupart des gens donnent aux suicidés l'étiquette "Courageux",
genre : "waaah, il a osé sauté d'un balcon, quel homme ! "

Non, quel con.

Et quel peureux.

Parce que finalement, quand tu te suicides, c'est que tu as peur d'affronter la vie, la life bro, tu as peur du futur, du lendemain.

T'as peur donc.

En général, quand on a peur, on est rassuré par Maman, figure éternelle.

Bon, j'avoue, t'as plus de maman, c'est plus dur. Dans ce cas là, je préconise les amis, ça marche au poil. Un vrai pote, un putain de bon copain, ça te suivra jusqu'en enfer, alors tes problèmes, le copain il plonge dedans, viens-y nager avec moi, je te guide.

Ah t'as pas de potes non plus ?
Hum..faudrait voir à ce que tu t'poses des questions, parce que sans famille, sans potes, ça cherche à te fuir dis donc, tu refoules sévère pour éloigner à ce point là.

Ou alors...ou alors....tu es peut-être un poil peureux ? Timide au moins ? allez connard, négocie moi ce timide, ça arrive aux meilleurs !

Bon, on a vu ça déjà, t'es timide, pas bien ta peau, et peu sur de toi.

Ok.

Mais est ce que ça te donne le droit de te suicider ? T'es sur d'être vraiment seul ?

Je citerais comme exemple un tome de Preacher, magnifique comics par Garth Ennis qu'il faut lire et acheter, où l'on découvrait la genèse du personnage Arseface.

Ce con là, mal aimé par sa famille, et martyrisé par sa classe, est un fan de Cobain avec son super Buddy, Craig.

Et ces personnages donc, se suicident peu après l'annonce de la mort du kukurt, parce qu'il les a "abandonné" et parce que "personne ne les aime". Du coup, shotgun in the mouth, pan pan.

Arseface survit, mais défiguré. Il dit qu'il a fait ça parce que personne n'en avait rien a branlé d'eux.

Ce a quoi on lui réponds :

"You didn’t care either"

Traduction, "mais tu t'en foutais aussi"

Ben oui, arrête de te regarder le nombril 5min, t'es pas le seul à avoir des malheurs.

Cette attitude, pourtant très adolescente au départ, se retrouve encore après.

Certaines personnes ne faisant jamais attention aux autres, ils se retrouvent bien tout seul comme des cons, une fois le problème en pleine tronche.

Du coup, étant seuls, ils ont l'impression d'être abandonnés, alors qu'ils ont eux-même abandonnés les autres, étant trop occupés à se rouler dans leur malheur.

Je prends un exemple tout con.

J'ai eu des moments pas cool, des problèmes, des erreurs, et à certains moments, je me sentais vraiment mal. Et je me disais, vache, c'est dur.

Et puis :

Quelqu'un que je connais, a perdu son fils en voyage. Le gamin a été bouffé par une bestiole.

C'est tendu quand même, tu t'en remets pas facile, tu pleures ta chair perdue, tout ça.

Et ben le mec, il a réussi à conserver sa femme, et a faire un autre gamin.
C'est pas du mal espoir optimiste qui tache ça, hein ?

Le bonhomme est tellement optimiste qu'il remet le couvert, pariant sur l'avenir plutôt que de s'enfiler son désespoir.

Du coup, tu te prends une belle claque solide, un aller retour venteux, qui te dis "Hey mec, y'a des gens plus malheureux que toi qui s'en sortent"

Et là, t'as plus d'excuse.

eh.

dimanche 22 juillet 2007

Haine instantanée

Aidez un dépressif.

Suicidez-le.

dimanche 8 juillet 2007

IMHO (In My Heinous Opinion)

Allez, je suis remonté aujourd'hui, comme une planche de bois.

Hm ? Ca se remonte pas une...

Et si je te la remonte dans la gueule, ça te va ?



Ou en étions nous ? Nulle part, je me perds tellement dans mes interludes dignes d'Elie Semoun que j'en oublie de commencer à écrire sur le sujet du jour. Ou du mois surement, vu comment on est prolifique ces derniers temps. Ca pourrait être pire, on aurait pu être "pro-life" tout court.

Hey! Je viens à peine de râler que j'ai trouvé un potentiel prochain sujet de dégueuli verbal. Mais Bill Hicks l'a déjà fait mieux que je ne le ferais jamais.

Donc aujourd'hui, ce sera les IMHO, les AMHA et si j'ai le courage, les "chacun ses gouts".

Si vous avez fréquenté un forum ces dernieres années, vous avez forcément étés confronté à des In My Humble Opinion ou A Mon Humble Avis pour les francophones. Ou sous d'autre formes. Voir encore pire, dans la vraie vie.

Bref, à des gens qui prennent leurs précautions avant de formuler un avis, quelque soit le sujet.

Et je pourrais râler tout de suite. Sans préambule. Je suis un guedin. Mais c'est trop tard pour ça. Alors, plutôt que de pester directement sur l'effet, l'AMHA, je vais d'abord parler de la cause, le CTA.



Vous connaissez la CTU...
Le CTA, quoiquest-ce ? Vu qu'on parle d'acronymes de merde depuis quelques paragraphes, je me suis dit que je pourrais inventer le mien.

CTA: C'est Ton Avis. J'aurai pu dire Comme Ton Anus, mais on aurait pas avancé et depuis tout à l'heure je stagne. J'ai même pas dit "putain" ni insulté quelqu'un, c'est dire.

C'est ton avis est l'arme ultime de ceux qui ne supportent pas que l'on critique de manière virulente et sans gène, franchement, une chose qu'ils apprécient. Ceux-ci sont les Sinister Six de mon Spidey.

Exemple:
-Le Seigneur des Anneaux, c'est vraiment de la merde
-Héééé, mais c'est ton avis, ça !

Bien sûr que c'est mon avis, connard. Je vais pas prendre celui de mon voisin Roger. Voilà, on ne peut rien dire sans le faire précéder d'un c'est mon avis, parceque sinon, c'est très grave, tu assènes une vérité, tu peux bruler en enfer et tout.

Bon, en fait, le problème, c'est que quand tu critiques quelquechose que quelqu'un aime, tu le touches, lui. Même si ce n'est pas ton intention. Quoique ce soit. Alors bien sûr, il y a des échelles, on ne blesse pas pareil quand on dénigre l'album préféré que la maman. L'album préféré entrainera juste un énervement et un "ouais, mais c'est mes gouts" ou peut-être, si on a de la chance "Ouais, d'abord t'y connais rien", signe de rébellion extrême. Alors que la copine ou la maman, c'est la baston assurée. Ou à peu près.
Donc oui, on est insultés quand on critique nos gouts, c'est normal, c'est une partie de notre identité, de notre personnalité qui se voit dénigrée devant nos yeux.
L'autre chose qui dérange, comme suscité, et le fait que l'avis est asséné comme une vérité. Sans préambule, rien. Même pas un caillou. Attends man, tu dois prendre ses précautions, avant de dire un truc. Tu pourrais heurter la sensibilité de quelqu'un. De préférence quelqu'un d'idiot.

Mais surtout c'est l'esquive. Je parle de ça et j'arrête avec le CTA, promis. L'esquive pour ne pas argumenter, ne pas se défendre de ses propres gouts ou opinions. CTA règle le problème. "C'est ton avis", soit "c'est tes gouts" soit "nan mais on est pas d'accord, alors on en parle pas". Pourtant, j'ai jamais autant appris qu'au contacts des gens qui avaient un avis divergent du mien. Enfin, rester dans l'ignorance, le déni, la médiocrité, c'est tellement mieux.



Zéro traca, zéro blabla, AMHA

Alors pour ne plus avoir à répéter "CTA", les noirs de mes rednecks ont créé l'AMHA.

Qui est donc, le préambule important pour donner un avis. Surtout négatif.
On dira maintenant.

-A mon humble avis, le seigneur des anneaux, c'est pas bien.
-Oh, pourtant, d'après moi, c'est vachement classe.

Voilà, on aseptise, pour ne pas choquer. Et forcément, nos propos ont moins de force, comme un petit cri timide. Ca évite de devoir argumenter aussi. C'est très pratique AMHA. L'arme de la secte là, de la médiocrité. Les mêmes qui ont créé "filles tv", "Superboy Prime" ou "charlie et lulu" je suppose.

Blah, AMHA, c'est un peu tout ce qui m'exaspère sur un forum parlant (en gros) d'art, quelque soit la forme. Ce bouclier ultime derrière lequel on se cache quand on a honte de ses opinions. Quand celles-ci se font démonter méthodiquement ou pas. Tristesse, lacheté, nazitude (Nazi ?).

Caca.

En parlant de ça... je reviens.



Aaaah, je disais ? Je vous aime.
Non, vous me cassez les couilles.

Alors pour vous, on devrait prendre des pincettes à la moindre critique, modérer nos propos quand bien même ils ne reflèteraient alors que trop peu notre pensée (alors qu'on est là pour parler). Tout ça parceque ? Vous ne pouvez encaisser ?

Alors voilà, mec, mode d'emploi.
1) Endurcir l'égo, accepter que tes gouts ne soient pas les meilleurs, que tu ne l'es pas non plus. Apprends à encaisser une critique, aussi violente qu'elle soit.
2) Apprends à argumenter, tu as des avis, des opinions, ça doit pas être dur d'apprendre à les justifier. Même moi, j'y arrive. Avec plus ou moins de bonheur. Mais hé, on tombe tous, un jour sur plus balaise que soi, non ?

Donc voilà, je continuerai à m'exprimer, parfois pas gentiment, mais toujours avec un certain respect, souvent en expliquant mes posts si le besoin se fait sentir (non, Ocarina of Time n'est pas le meilleur jeu de tous les temps, oula) mais jamais en parlant à base de "personnellement" sauf quand il est question d'une expérience personnelle. Et je suis pas le seul.

Oui, je suis de ceux qui "ont constamment besoin de critiquer ou juger" et je t'emmerde. A quoi bon parler de tes gouts sinon ? Pour dire "hihi, c'est rigolo t'aimes la même chose que moi". Classe.

Bon, il parait qu'il faut que j'aille enfiler ma zoulie veste qui s'attache dans le dos, sinon j'aurai pu dire des mots comme "Tocards" ou "bande de merdes", tout ça.

See you next time.

Flowers Online
Web Counter