mercredi 14 février 2007

Jesus Haine Christ !

Ouais, je suis sans pitié, j'ai envie de m'attaquer à la religion. Ca trottait dans ma tête depuis quelques temps et finalement, un truc m'a touché, ces derniers jours.
La bêtise.
Tchac, en plein coeur. C'est traître et fourbe la bêtise. Je la suspecterais même d'être une ninja sur les bords. Mais passons, ça m'a décidé à écrire ce qui suit.


Tartagueule à la récrée
Voyez vous, je suis surveillant des cantines dans des écoles maternelles et primaires. C'est mon petit job pour me payer mes comics et mes CDs entre deux cours. L'autre jour je me trouvais à scruter la cour de récréation d'une école primaire située dans un quartier rempli de HLM, alerte, à la recherche d'un petit qui en frapperait un autre. Rien. Je suis déçu, les quartiers populaires ne sont pas à la hauteur de leur réputation, j'espérais au moins me prendre un coup de cutter par un CP, un truc du genre. C'est à croire que les médias exagèrent tout. Alors finalement, je discute avec les enfants, un petits groupes de fillettes se retrouve à coté de moi, me posant une multitude de questions comme savent si bien le faire les bambins de 7-8ans. Vient finalement, la question de la religion.
"-Et t'es musulman ?
-Non.
-T'es chrétien ?
-Non.
-T'es juif ?
-T'es gentille, gamine, tu m'insultes pas.
-T'es quoi alors ?
-Eh bien, je suis athée.
-C'est quoi ?
-Ca veut dire que je ne crois pas en dieu
- (toutes en coeur) QUOOOOOOOI, TU CROIS PAS EN DIEU ?"

Bah non, c'est fou hein ? Trop fou pour elles en tout cas . Qu'à 8ans, la pensée d'un homme ne croyant pas en dieu, dans notre société, dans la ville où je suis (en banlieue parisienne) paraisse impossible, ça me tue. A leur âge, je croyais déjà pas en lui, mais je savais que certains oui, et ça me paraissait normal. Ca doit tenir à leur quartier, à cette age presque leur unique environnement, composé à 90% de musulmans et chrétiens. N'empêche que ça m'a fait bizarre. J'attends décidément trop du genre humain.

Et alors vient une tentative des enfants de me démontrer que, oui, dieu existe, que je ne suis qu'un sale mécréant qui doit se repentir et voir la lumière. Un jour pluvieux en plus, ils ont de l'espoir. C'était rigolo au début, et très vite on arrive à la création du genre humain, de la terre et de la vie. Avec cette question fatidique, "et d'où ils viennent les humains", donc on remonte le temps loin dans l'évolution, de manière sommaire, jusqu'au big bang et tout. Big Bang qui aurait créé l'univers etc et serait né de rien. Je sais, c'est pas exactement ça, mais je fais des études de sciences humaines, moi, et de toute façon, je parlais à des gosses de 8 ans, je le rappelle. Justement, quand je parle du big bang, elles jubilent "ah mais tu vois, c'est dieu qui l'a créé"... Huhu, et dieu qui l'a créé ? "Bah, il existe depuis toujours." Mais le Big Bang par contre, c'est pas possible ? C'est quoi la différence, ici ? "MAIS DIEU IL EXISTE". La discussion était fatalement bloquée. Les gosses préférant croire leurs parents plutôt que des faits scientifiques. Mais c'est normal, à cet age là, les parents, ils ont toujours raison. 6ans âpres, ce sont des sales cons.


Dieu et un Big Mac
Tout ce petit énervement aurait pu en rester là, si le lendemain je n'étais pas allé déjeuner avec deux amies, juives, croyantes et grosso modo pratiquantes. Deux filles très gentilles avec qui j'aime passer un bout de temps à la fac. Pour une fois que je trouve des gens qui ne me consternent pas au bout de 5 minutes de discussion...
Vient, je ne me rappelle plus comment, à un moment la question de la religion. Et de fil en aiguille, nous nous retrouvons à aborder le même sujet que la veille: la création, tout ça.
En voilà un bon sujet, "la création, tout ça", vous avez 2h.
On en arrive au même point que la veille. Alors que 12 ans séparent mes deux groupes d'interlocuteurs. La seule différence notable fut qu'on essaya plus de me convaincre mais d'esquiver ("bah, de toute façon chacun croit ce qu'il veut"). J'ai pas poussé le bouchon, je suis resté poli et gentil. Ce serait idiot de perdre des amies à cause de ce gros con de Moise.

J'en vois au fond qui ricanent et doutent de moi en se demandant si c'est pas un clone qui a pris part à la discussion en restant poli et tout. Je les emmerde.

Je disais ? La même argumentation, chez des filles que 12ans de vie séparent. Comme quoi, ma théorie selon laquelle la religion est une entrave à la pensée n'est pas forcément erronée.




Primairement votre
Hey, si vous vous attendez à ce que je vous dise que tous les croyant sont des cons, que les femmes voilées volontaires sont encore plus connes et que je te parlerais même pas des intégristes... vous vous gour... vous... vous... vous ? Et merde, hein, à quoi bon garder sa pitié.

Voilà, ça m'énerve, m'exaspère, me met en rogne. Me casse les couilles. Je serais pas plus clair. En 2007, de nos jours, des adultes, pas des gosses, croient encore en dieu, à la mer rouge, aux tables de la loi, à Adam et Eve, la résurrection et autres conneries. Les scientifiques ont éclairci assez de choses comme ça, nous faisons confiance bien souvent à la logique et nous sommes de plus en plus rationnels, alors pourquoi avons nous besoin de nous imposer des contraintes en plus de celles imposées par la vie en société et la loi ? Pourquoi avons nous besoin de croire en le vieux dans le ciel ?
Pour plusieurs raisons finalement.


L'éducation à coup d'endoctrinement et de peur du barbu dans son nuage:
Vu que c'est la première raison chronologiquement qui amène l'homme à croire en dieu dans sa vie. Bah ouais, comme dit plus haut, quand on est petit, les parents détiennent la vérité vraie.
Donc s'ils disent "que Dieu existe, qu'il voit tout, qu'il faut être sage, que sinon tu iras en enfer , que ceci, que cela", les enfants y croient. Quelle raison de douter, après tout. Alors ça va au catéchisme (où on t'explique que Jesus, c'était Gerard Majax, mais y'a 2000 ans et avec des pains, et que même s'il était le fils de dieu, il s'est fait avoir comme une merde), à la Synagogue (là tu apprends, que Moise, c'était un putain de sculpteur et que Dieu faisait des blagues à Abraham, qui gobait tout: "AHA, mais non pauvre con, tue pas ton fils, je disais ça pour déconner, Roger". Oui, son vrai nom, c'était Roger Abraham) ou à la mosquée (là, y'a des cours de lancer de caillou et de tournantes, ce qui confirme mon idée que la religion musulmane, malgré l'interdiction de porc et d'alcool, elle gère plus que les autres).
Finalement, toute l'enfance de ces gens fut placée sous le signe de "dieu", vérité unique.
On arrive au meilleur passage là, celui où je vous explique en quoi cette catégorie de quidams est composée d'idiots.
Enter l'adolescence (OUWA ! TA ! WATA !, vous aurez reconnu Lalo Schiffrin). Là, ça y est, tu commences à pouvoir réfléchir à te poser des questions, sur la vie, sur ton acné, sur le facteur qui vient souvent rendre visite à Maman, tout de même, etc. Donc dans l'interrogation sur la vie, y vient forcement celle de dieu. Vu que c'est lui qui la créé il parait. Et rien ne choque ? Toutes les incohérences de la bible, le concept idiot de la création, les interdictions stupides de nos jours (oui, le porc se conserve bien, on peut en manger maintenant), le fait que dans la bible ou le coran on ai pu y foutre n'importe quoi et inventer les plus grand miracles ? Et que les prophètes, ils puent des fesses un peu, n'importe quel super-héros botterait leur cul. Bah non, parce que c'est trop facile de se complaire dans son ignorance, d'écouter papa-maman, de pas renier son enfance, etc. Cette incapacité à questionner son éducation fait quand même peur, comme si, passée la petite rébellion inhérente à cette période de la vie, on allait pas plus loin, assimilant bêtement les notions inculquées par nos "renps". Le problème, c'est que ça continuera après l'adolescence du gens. Amenant probablement la naissance d'autres enfants futurs idiots.

Cette incapacité à réfléchir par soi-même m'amène à...


La recherche de l'identité propre par la culture de masse
C'est con ce que je dis, hein ? Bah, c'est pas moi qui ai commencé. Et ouais, parfois, c'est pas le pays, ou le groupe de jeune ou la classe sociale qui définit l'identité des cons, c'est aussi la religion. Parceque se définir soi, tout seul (en piochant à droite, à gauche, aussi, hein), c'est trop dur, il faut un modele, un truc, sur lequel nous cadrer. Et répondre à "qui est tu ?" (qui est-tu Ranma, qui est-tu vraiment ? personne ne le saaaaaaait) "Je suis Chrétien/juif/musulman". Comme un bon con.
J'avoue je pourrais développer, mais je prépare un petit papier sur les groupes identitaires dans mon esprit torturé et haineux. Wait an See.


United Connards of Ben Abdal
Autre chose dans le même registre, l'envie de s'intégrer à un groupe. C'est vrai, après tout, c'est dur d'avoir une personnalité, du caractère, des qualités évidentes, alors... on s'intègre et on se fait accepter parce qu'on croit en la même chose. Pas parcequ'on est un gars "comme ça" mais parcequ'on croit, aussi comme les idiots, en un type en slip, là haut. Impeccable, on se sent protégé, proche artificiellement d'autres gens. Ne jamais sous-estimer le besoin d'être aimer des humains, même pour autre chose que ce que l'on est, surtout une chose superficielle.


Une Assurance sur le futur
Nous avons tous peu de l'avenir. A un plus ou moins haut degré. C'est vrai, la seule chose qui ne nous sera jamais acquise, c'est le lendemain. On a beau huiler son plan comme on veut, il y a toujours un petit caillou, un gravillon ou du sable qui arrive dans les rouages. Un impondérable, ouais. Mais avec des petits cailloux, c'etait plus rigolo, avouez-le. Sinon je vous les jette à la gueule. Donc voilà, en souscrivant à "Dieu Assurance", vous aurez la certitude après votre mort (car la peur du lendemain, c'est aussi et surtout celle de la faucheuse) d'avoir une place au Paradis. Et soit la béatitude, soit des vierges. Perso, 50 femmes expérimentées et des bieres, je préfère. Enfin bon. Et contre ça, on doit faire quoi ? Se priver de manger certaines choses, certains jours ou tout le temps, de pas niquer à droite à gauche, de croire en des trucs idiots (Sacré Moise à jouer dans son bain), de se foutre à genoux ou en position levrette pour rendre hommage au Tout-Puissant, de donner du fric au pauvres (même les rapeurs roumains de la ligne 4 du métro, imaginez un peu), d'être gentil et tout et tout. En gros, tu passes à coté de beaucoup de plaisirs de la vie pour être sur d'être heureux après, sans questionner la logique. La société limite déjà pas assez nos choix de vie ? Et si ton contrat, il etait un peu faussé sur les bords. Genre la vie apres la mort ("la vie apres la mort", répétez vous ça... vous voyez comment ça pue encore plus qu'un pet post chili con carne dans un ascenseur comme concept ?), ce serait pas peut-être, du pipeau ? Il ne vous reste plus qu'à aller vous plaindre à TF1? ils ont une émission pour les arnaques. Ou alors c'est du pur masochisme idiot. Et en plus, pas faire de conneries, ça implique que Dieu vous surveille à chaque moment. Même fermer les chiottes à clé, ça l'empeche pas de vous mater en train de faire caca. Donc voilà, vous passez votre entière existence sous les yeux d'un type omnipotent (mais qui ne fait rien, à part se palucher en regardant les gens qui font du sexe depuis son nuage, enfin, c'est ce que je ferais), omniscient, omni soit qui mal y pense. Tout ça. Je trouve ça effrayant. Rassurant vous dites ? Ah, bon. Bon. Vous seriez pas un peu cons ? Par hasard. Je dis ça comme ça, hein.


Ô Rage, Ô Desespoir
Reste le désesespoir. Quelqu'un a un jour dit que quand on a plus une once de force en soi, quand on ne peut plus tenir debout seul, on se tourne vers Dieu ou on se fout un flingue dans la bouche. Là je comprend. Je vous assure. Vous avez tout perdu, votre femme, vos enfants, le chien et votre collection de comics. C'est terrible, je compatis. Sauf si vous êtes Luc Besson, là je vous crache dessus et je vous fout des coups de pieds dans les côtes tant que vous êtes encore à terre. Quoique, je viens de voir une affiche pour Taxi 4, je vous refout une série de coups. Connard. Bref, donc, ouais, Dieu peut rester une raison de vivre. Je peut cautionner ça.

Je me ramollis...


Mais en fait, dans toutes les catégories que j'ai cité, un thème revient. La faiblesse d'esprit.
L'incapacité à penser par soi-même, à se définir, à s'intégrer à un groupe, à accepter l'incertitude du futur, ou vivre. Tout ça alimente les religions et les sectes (même chose ?). Enfin "tout ça", je veux dire "eux". Les cons.
Reste que y'a des gens très bien que je côtoie plus ou moins régulièrement qui en font partie de ces cons. Je les aime quand même, mais intérieurement quand je pense à leur foi, je pleure des larmes de sang à l'intérieur de moi. Oui je suis un romantique.
Reste que: Dans notre pays et notre époque, la foi est une aberration.


Pfou. C'était qu'une sorte de première partie. Je parlerai après des différentes façons de vivre sa foi. On va rire. J'ai failli ici parler du besoin d'avoir un Code pour vivre sa vie, mais je suppose que ça aura plus de place dans le prochain post.


Post Hainum: Charlie Hebdo a gagné son procès (wouhou), j'ai donc le droit de publier ça. Je crois.

PH²: Tiens, c'est la Saint-Valentin aujourd'hui. Mesdames et Messieurs, les gens heureux en couples, je vous emmerde.



Comme le disait Bob Geldoff, à sa fenêtre, la main pissant le sang à cause des éclats de verres :
Next Time, Fuuuuckers !

10 commentaires:

Clo a dit…

Enorme, je te felicite, j'aime beaucoup comment c'est amené. C'est logique, et on suit facilement le deroulement. Ca se corse un peu à la fin quand meme.
Bon, en fait, j'ai pas trop grand chose à dire, si ce n'est que ça m'a fait rire, merci les blagues, que je suis d'accord, et que oui, tu as le droit de poster ça.

kinder penwick a dit…

Très très sympa, plein de fiel, de haine, bref je me suis bien marré. Sinon si la mort est aussi drole que celle dans les annales du disque monde de Terry pratchett, j'aimerai bien le rencontrer (Ce n'est pas une faute d'orthographe, lisez les bouquins pour comprendre)

zarma a dit…

Ouaip, Pratchett est dans mes must read. Donc, bientot. Mais si tu savais tout ce qu'il y a dans mes must read actuellement.

Sans parler des must see, must listen & must play.

LM a dit…

non mais pourquoi tu dis pas aux gens qu'en vrai tu crois dans la religion du plateau en plaqué or posé sur la cheminée, hein, hein?

zarma a dit…

Chut. C'est tabou. Tout comme je dis rien sur la religion du poignard volé.

Anonyme a dit…

Quel ramassis d'idioties périmées !

Et en plus ça se croit réactionnaire...

zarma a dit…

Euuh, en vrai, "réac" c'etait pas une attitude opposée aux changement voir au retour à un état des choses passées ? Même pas un peu ?

PeLOmaR a dit…

Tu sais parfois je me dis que la science, ce n'est qu'une religion de plus.
Parce qu'après tout, qu'est ce qu'une religion ? Un moyen de se rassurer. C'est tout, basta.
Hors la science est un moyen de se rassurer. J'avoue que c'est pas tout a fait pareil mais quand même.

Et puis je comprend pas ton énervement face aux "croyants" (je suis ahthé aussi hein, je précise) : tant qu'ils font pas de mal, c'est quoi le problème ? Il y en a même qui ont fait des choses formidables, des choses qu'ils n'auraient jamais faite sans une aide (dans notre cas, sans l'aide de la religion)

Sinon article très interessant, prout a toi.

zarma a dit…

Oui, la religion a sauvé des gens de la dépression, j'ai des proches comme ça. Et leur a fait faire des actes de bonté mémorables. Ouais, mais je trouve ça dommage qu'on ai besoin d'une croyance en "dieu" pour cela. Sinon, ils ne me dérangent pas, je ne traine pas dans la rue en cherchant des croyants à tabasser le soir. Même si des pieges à loup dans la pelouse de l'église à coté de chez moi, ce serait tentant.

Note qu'au niveau de la science, il y a très souvent cette idée de remise en cause permanente entre théoriciens alors que dans la religion on ne trouve finalement que différentes interprétations.

J'avais en tête de faire un article sur les façons de vivre sa foi (en nuançant un peu) mais ça s'est perdu dans mes notes et mon manque de structure. Un jour peut-etre.

Enfin, merci de ta réaction.

Anonyme a dit…

La dernière fois qu'une grenouille de bénitier m'a fait une leçon de morale basée sur "Notre Seigneur", elle a ramassé une paire de gifles et une volée d'insultes. Je lui ai sorti que j'étais christianophobe et apostat officiellement déclaré.

Flowers Online
Web Counter